Les principales fonctions dévolues au Ministère de l’Élevage et des Ressources Animales sont :
– L’élaboration des politiques de développement de l’élevage, leur mise en œuvre et leur suivi et évaluation.
– La recherche vétérinaire et zootechnique, Par rapport à la recherche vétérinaire et zootechnique, deux structures sont principalement concernées.
• La Direction de la Formation et de la Recherche Vétérinaire et Zootechnique.
• Le Laboratoire des Recherches Vétérinaires et Zootechniques.

D’autres structures de recherche ayant des liens avec la recherche vétérinaire sont entre autres, les institutions publiques de recherches spécialisées et les institutions d’enseignement supérieur et de recherche (ITRAD, CNAR, PRASAC, Instituts et Universités).
-La formation Le cadre réglementaire de la formation est régi par le décret 068/PR/PM/ME/2006 du 24 janvier 2006 qui fixe les attributions de la DFRVZ comme suit :
– concevoir, coordonner, mettre en œuvre et suivre la politique du département en matière d’enseignement et de formation professionnelle dans le domaine de l’Elevage en relation avec les services et départements ministériels concernés ;
– représenter le Ministère de l’Elevage et des Ressources Animales auprès des institutions nationales et régionales de formation vétérinaire et zootechnique. Le dispositif actuel de la formation et ses caractéristiques est représenté par l’ENATE qui assure une formation initiale de techniciens d’élevage et une formation diplômante de requalification pour les fonctionnaires en activités. Cette formation est aussi assurée par plusieurs instituts publics et privés, tels que IUSTA, ESTAF, ACFA, CFAP. Il n’existe pas au Tchad de centre spécialisé dans la formation initiale des éleveurs. Les seuls établissements qui assurent parfois la formation en alternance pour des agriculteurs ou des agropasteurs sont les Centres de Formation pour la Promotion Rurale CFPR (au nombre de 28). L’Association Culturelle de Formation Agricole (ACFA), créée en 1996, envisage de former tous les deux ans une vingtaine (20) de producteurs à la polyculture et à l’élevage. Quant à la formation continue des éleveurs, elle se fait dans plusieurs centres spécialisés : les Centres de Formation pour la Promotion Rurale (CFPR), anciennement appelés Centres de Formation Professionnelles Agricoles (CFPA) ; les services publics de l’élevage ; le Centre de Formation des Producteurs de Massakory (CFPM), et plusieurs ONG œuvrant dans le secteur du développement rural.
– La vulgarisation et le conseil Initialement, les activités de vulgarisation en matière d’élevage se limitaient à la sensibilisation à travers la radio rurale. Plus récemment, il a été joint à la vulgarisation la fonction de conseil. Désormais on parle de conseil et vulgarisation. La vulgarisation s’identifie à la production agricole et ses savoir-faire tandis que le conseil est lié à l’environnement de la production, à savoir la gestion, l’organisation et la communication.
– La Santé animale et Santé publique Les activités régaliennes s’illustrent à travers les dispositifs suivants :
• Un dispositif de contrôle et de la lutte contre les épizooties qui est assuré par l’organisation des campagnes de vaccination, la surveillance épidémiologique et le traitement de certaines pathologies.
• Un dispositif d’inspection et de contrôle aux frontières et marchés des denrées d’origine animale garantie aussi la santé publique du pays.
• Un dispositif de contrôle des mouvements du bétail destiné au commerce.